Sites susceptibles de future muséalisation

Près de la Commune de Champdepraz il y a une mine de pyrite, localisée notamment chez hameau Herin à presque 1600 m d'altitude. 

Exploitée pour longtemps seulement pour le cuivre, pendant le XXème siècle le site devint important pour l’extraction de la pyrite, utilisée pour produire acide sulfurique. 

La mine de chalcopyrite D’Herin se trouve à 1608 m d'altitude à gauche du torrent Godlet sur la montagne appelée Tête du Filon près du village de D’Herin. La date de la découverte est incertaine, probablement reconductible à la fin du XVIIèmesiècle et sa cultivation, pour longtemps conditionnée par un litige présent à propos de la propriété des terres entre les Comtes Challant et Perrone, fut conduite jusqu'à la première moitié du 1900. 

Contrairement à ce qui se passait auprès d'autres mines présentes dans la vallée, les événements de guerre compliquèrent l'activité de production à cause de la difficulté à repérer main d'oeuvre. Au cours d'une histoire durée plus de deux cent ans, le gisement de Herin a eu un rôle important, en contribuant fortement à la production régionale de cuivre et de pyrite, jusqu'à la fermeture des installations. L’exercice fut plusieurs fois arrêté et repris, sur la base des fluctuations du marché, des variations de productivité de la même mine, des succès financiers mitigés des concessionnaires et des longs conflits juridiques. En 1948 les réserves considérées sûres étaient de 29.000t et furent estimées 50.000t de réserves “probables”, au 2,5% de cuivre mais la cultivation fut totalement  abandonnée en 1957. 

Du point de vue de l'occupation la mine comprenait à la fin du 1700 environ cinquante employés qui organisaient leur travail en trois roulementss de huit heures; à la fin du 1800 les ouvriers étaient environ 55 partagés en deux roulements de dix heures. Les employés devinrent environ 100  pendant le premières années du 1900, numéro qui se réduit progressivement jusqu'à la ferméture de la mine.

Galerie

 

Près de la Commune de Champdepraz il y a une mine de pyrite, localisée notamment chez hameau Herin à presque

La mine de La Thuile est située auprès de l'homonyme village  et elle se trouve comprise parmi le bourg, le Mont du Parc (1733 m), le Col de la Croix (2400 m), la Tête d’Arpy (2018 m) et le Mont Cormet (3024 m) et le Col Saint-Charles. L’activité d'extraction s'exerçait surtout sur le coté à droit du vallon du Ruitor à l'intérieur d'un espace qui va se dérouler environ pour deux kilomètres  à partir de l'hameau de Villaret vers NNE (1485 m), à l'intérieur de la section appelée Terres Noires. Une deuxième section de la mine, connue avec le nom de Preylet, est située entre La Thuile et le Mont Chaz-Duraz sur le côté à gauche du vallon du Ruitor. Le matériel cultivé , déjà pendant la deuxième moitié du 1700, était anthracite, un carbone fossile dérivé d'une progressive transformation de débris végétaux enterrés par une couche de sédiments  clastiques. Le minerai extrait était utilisé pour fournir combustible pour le traitement des métaux et pour l’alimentation des fours à chaux de la Tarentaise.  

À partir de 1926 jusqu'en 1929 un vaste programme industriel pour l'exploitation de l’anthracite de La Thuile fut réalisé. On construit des nouveaux systèmes de transport du minerai, une importante installation de lavage et de traitement de l’anthracite, dans la Commune de Morgex, et on réalisa le chemin de fer de Aoste à Pré-St-Didier. La Thuile devins ainsi  en peu de temps un important pôle minier qui employait environ 1500 personnes entre ouvriers et mineurs. 

Pendant les années de la Seconde Guerre Mondiale la production subit une considérable incrémentation en portant la production de carbone presque à 150.000 tonnes par an avec un pic de 200.000 tonnes vers la fin de la période de guerre.

Du 1951 l’activité commença à diminuer jusqu'à  se réduire à 20.000 tonnes par an à la fin des années ’50. L’activité extractive fut arrêtée  en 1965. 

L’interruption de l’activité extractive est due aux  coûts d'extraction très supérieurs à ceux d'autres gisements étrangers, caractérisés par grands lentilles de charbon régulières, ainsi que à la qualité inférieure de l’anthracite par rapport à celle étrangère.

Galerie

 

La mine de La Thuile est située auprès de l'homonyme village  et elle se trouve comprise parmi le bourg, le